Objectifs

L’objectif premier de notre démarche est de contribuer à renforcer l’alliance entre les scientifiques et les mouvements sociaux et citoyens. Notre démarche part du constat que le fonctionnement actuel du triptyque sciences-sociétés-démocratie engendre une société, notamment des décisions publiques, très loin d’assurer la pérennité de notre environnement terrestre, et incapable de satisfaire les besoins de l’ensemble de la population humaine. Ce dysfonctionnement se manifeste dans de nombreux domaines : le dérèglement climatique, la chute de la biodiversité, l’empoisonnement du vivant par des produits phytosanitaires, la manipulation du web et des données personnelles pour des buts sécuritaires ou commerciaux, les inégalités économiques croissantes, un ensemble de discriminations et d’inégalités croissantes, etc.

Nous sommes convaincus que la clef d’un monde meilleur réside dans l’articulation du travail des mouvements sociaux et citoyens et des scientifiques. Certes, de nombreux obstacles sont sur cette voie :

  • La porosité à l’argent de nos institutions, couplée avec l’inégalité économique croissante, donne un pouvoir démesuré aux intérêts industriels ;
  • La mainmise des intérêts économiques sur la gestion de la recherche scientifique, notamment dans les carrières des scientifiques, circonscrit la liberté des scientifiques. Les modes de financement par projet, jugé sur des critères formels sans lien avec les besoins sociétaux ;
  • L’opacité et l’ouverture aux conflits d’intérêts des instances de décision et de réglementation nuit à la démocratie ;
  • Une méfiance, malheureuse mais compréhensible, d’une partie des mouvements de citoyens à l’égard de la science et des scientifiques rend difficile une éventuelle coopération.

Malgré ces obstacles, nous sommes confiants que l’alliance que nous appelons de tous nos vœux pourrait changer le cours des événements, et ce pour deux raisons. La première tient à la conscience croissante de la population mondiale de la gravité et de l’importance des enjeux interdépendants environnementaux et égalitaires. Et la deuxième, ce sont les victoires, gagnées de haute main par des luttes du passé.

En effet, notre méthode de travail part de ces victoires, mais aussi des échecs recensés. Nous pensons qu’en distillant les leçons, positives et négatives, de ce vaste réservoir d’expérience que constituent les luttes actuelles et du passé, en les partageant, en les discutant, et en les synthétisant et les disséminant largement, nous pourrions faire avancer l’alliance entre mouvements et scientifiques.

Ainsi, nous avons défini un plan de travail pour les deux ans à venir :

  • Mars-décembre 2019 : Entretiens approfondis avec une trentaine de personnalités marquantes des mouvements et de la science, représentant différents domaines, et une variété d’expériences. Les entretiens seront transcrits et synthétisés, puis des extraits seront publiés.
  • Janvier 2020-juin 2021 : Organisation d’ateliers de travail, puis d’un colloque, sur la base des leçons tirées des entretiens. Les ateliers et le colloque seront organisés selon des thèmes transversaux, et les clefs d’action identifiées, afin de maximiser des échanges entre personnes de secteurs et de profils différents. Ces thèmes seront fixés selon les conclusions préliminaires extraites des entretiens.